Nous reproduisons cet article, conformément à notre engagement d’Organisation membre de la conférence des OING´s du Conseil de l’Europe: faire diffusion des travaux  du C.E. il s’agit d’un extrait d’une entrevue; Il convient à la lecture de celle-ci, de forger notre opinion avec toutes les nuances que la complexité des situations géographiques, sanitaires et pénales imposent. Nous essaierons dans les prochaines semaines d’apporter des informations contrastés sur les sujets évoqués.

Le professeur Marcelo Aebi de l’Université de Lausanne en Suisse, qui a co-écrit les dernières statistiques pénales annuelles du Conseil de l’Europe, décrit la situation des 1,5 million de prisonniers incarcérés en Europe, alors que les autorités réfléchissent à la meilleure façon de gérer la santé du coronavirus Covid-19 crise. 

Transcription 

Charles Amponsah: Alors que le coronavirus, COVID-19, poursuit son chemin dévastateur dans de grandes parties du continent, la santé et la sécurité des 1,5 million de prisonniers de la Grande Europe et d’autres détenus contre leur liberté sont de plus en plus préoccupantes. Alors que de nombreuses autorités et décideurs publics réfléchissent à la meilleure manière de faire face à la situation, le Conseil de l’Europe a publié ses dernières statistiques pénales. Pour discuter de ces deux problèmes, je suis accompagné du professeur Marcelo Aebi de l’Université de Lausanne en Suisse. 

« Professeur Aebi, comment évaluez-vous la situation globale de la population carcérale européenne après la publication des dernières statistiques pénales annuelles du Conseil de l’Europe que vous avez co-rédigées? « 

Professeur Marcelo Aebi: Si vous considérez que les prisons doivent toujours être le dernier recours, la situation est bonne car à moyen terme, les populations carcérales en Europe en général diminuent. Depuis 2012, 2013, nous constatons une diminution du nombre de détenus à travers l’Europe. 

CA: Et que pouvons-nous dire de la densité des prisons et de la surpopulation carcérale dans la grande Europe? 

MA: Oui, la densité carcérale est mesurée en tenant compte du nombre de places disponibles et du nombre de détenus et cela est estimé par chaque administration pénitentiaire. C’est donc un indicateur qui peut être parfois difficile à analyser concrètement mais d’après les données dont nous disposons, nous avons encore quelque chose comme 15 administrations pénitentiaires qui font face à la surpopulation et parmi elles, quelques-unes qui semblent assez compliquées car elles en ont plus de 105 détenus pour 100 places disponibles. 

CA:  Donc, fondamentalement, la définition générale du surpeuplement que vous utilisez est que si nous avions 100 places de prison, par exemple, et que vous aviez 105 prisonniers, cela compterait comme du surpeuplement, n’est-ce pas? 

MA: Exactement. La différence est que certains pays estiment le nombre de places disponibles en fonction du mètre carré, un autre du nombre de lits disponibles et certains veulent n’avoir qu’un seul détenu par cellule et certains en autorisent deux et dans certaines situations, trois, et dans certains pays, vous en avez même plus. 

CA: Maintenant, étant donné les 15 Etats membres que vous avez mentionnés, qui souffrent de surpeuplement, le Comité européen pour la prévention de la torture du Conseil de l’Europe, le CPT, demande aux gouvernements de proposer des alternatives à la privation de liberté pour réduire la surpopulation et offrir , et je cite ici, «le dépistage du COVID-19 et les voies d’accès aux soins intensifs pour les plus vulnérables». Que pensez-vous de cette approche? 

MA: Oui, bien sûr, il est obligatoire de prendre des mesures immédiatement. La question de la surpopulation – nous en discutons chaque année – et nous voyons l’évolution, qui est globalement positive, car elle est, en général, en baisse, mais actuellement, dans le contexte de la pandémie COVID-19, cela devient extrêmement important et peut-être cette pandémie, si des mesures ne sont pas prises immédiatement, nous montrera les véritables endroits où le surpeuplement a lieu. Si les mots clés sont rester en sécurité, s’isoler et que vous avez des prisons surpeuplées, c’est impossible à atteindre. 

CA: L’âge médian des détenus dans l’enquête – pas la moyenne mais l’âge médian – était de 35 ans, mais dans certains pays, la proportion de détenus de plus de 50 ans était élevée. Étant donné que le COVID-19 aurait des effets néfastes sur les personnes âgées, à quel point ces chiffres sont-ils préoccupants? 

MA: Je pense que les prisons européennes sont confrontées à leur défi majeur depuis la Seconde Guerre mondiale car ici, vous avez deux facteurs. L’un est le surpeuplement et l’autre que vous avez mentionné est l’âge de la population carcérale. L’âge général de la population en Europe augmente et cela se reflète également dans la population carcérale. Vous avez 15% de personnes âgées de plus de 50 ans et environ 2,4 âgées de plus de 65 ans.Ainsi, si vous combinez la surpopulation et un nombre considérable de personnes âgées de plus de 50 ans et de plus de 65 ans, c’est un terrible cocktail qui peut exploser à tout moment. moment. 

CA: Maintenant, les gouvernements peuvent-ils ou seront-ils capables de faire beaucoup en ces temps inhabituellement difficiles pour alléger le fardeau des prisons et même des autorités pénitentiaires? 

MA:  Je pense que les trois mots clés ici seraient testerlibérer et isoler. Le dépistagec’est ce que l’Organisation mondiale de la santé a dit depuis le débutVous devez testerdonc nous devrions avoir suffisamment de tests pouridéalement, faire toute la populationMais, si nous parlons de prisonniersils doivent être testésLibération: cela signifie que ceux qui sont  pour des infractions mineures ou comme la conversion des amendesils devraient être libérés. Et puis isoler. Bien sûrgénéralement, la population est relativement plus jeune dans les prisons parce que la criminalité est clairement liée à l’âgedonc ceux qui sont vieux et en prisonil faut y aller au cas par cas. Ce n’est pas le moment de faire des amnisties générales car il faut aussi protéger la population en généralAlorslibérez les prisonniers qui sont pour des infractions mineures et ceux qui sont  pour des crimes graves qui peuvent être sous mesures de sécurité, 

CA: En termes de taux d’incarcération dans l’enquête de 2019, il y a encore des administrations pénitentiaires où le taux augmente. Que pouvons-nous dire de ces statistiques? 

MA: Si nous regardons le long terme, disons depuis 2009-2019, les dix ans, il n’y a que quelques cas. C’est la Slovaquie, la Serbie et le Monténégro, donc ce sont des cas particuliers; pays qui ont subi, dans le cas de la Serbie et du Monténégro, certaines transformations au cours de cette période. Donc, je pense que ceux-ci vont probablement changer très bientôt parce qu’il y a une tendance générale à la baisse. Si nous regardons le court terme, ce qui s’est passé depuis le dernier rapport, il y a des explications spécifiques. Par exemple, en Turquie, il y a eu beaucoup d’incarcérations à la suite du coup d’État. Ensuite, vous avez également des cas de pays qui ont augmenté de 2018 à 2019, vous avez quelques pays nordiques qui ont généralement des taux de population carcérale très faibles et donc ces changements sont généralement ponctuels. Donc, je ne pense pas que nous devrions être trop inquiets pour les cas des pays nordiques.  

CA:   La dernière fois que nous avons parlé des statistiques de 2018, il y avait une situation où des gens allaient en prison principalement pour des infractions liées à la drogue et même pour un homicide. Est-ce toujours le cas? 

MA: Oui, ils vont en prison principalement pour des infractions liées aux drogues parce que ce sont de très longues peines de prison. Chaque année, l’homicide représente moins de 0,1% des personnes condamnées dans un pays mais c’est aussi un délit pour lequel les peines sont longues et vous comptez donc les mêmes personnes année après année après année. Pour l’homicide, il est difficile de faire quelque chose mais pour les infractions liées aux drogues, il serait possible de réduire la durée des peines prononcées et donc de réduire également la population carcérale et également l’âge moyen de la population carcérale. 

CA: Et qu’en est-il des femmes détenues? 

MA: Les femmes ne représentent que 5% des personnes incarcérées et c’est une constante depuis de très nombreuses années. La prison est principalement masculine car elle est principalement liée à des crimes graves, par exemple, les crimes violents et les hommes sont surreprésentés dans les crimes de violence afin que nous puissions voir cette surreprésentation, une énorme surreprésentation, 95% des hommes en prison, c’est donc la violence. Ensuite, il y a la question des infractions liées aux drogues, mais cela dépend de la législation de chaque pays et là, vous pourriez éventuellement avoir plus de femmes, mais celles qui représentent vraiment le gros du trafic de drogue, là aussi vous avez une surreprésentation des hommes. 

CA: Et revenons au COVID-19, et à la situation à laquelle nous sommes confrontés en ce moment – les femmes enceintes. Et ces femmes en prison? 

MA: Les femmes enceintes – c’est une question délicate. Mon opinion personnelle est que les hôtels sont fermés de nos jours et qu’ils pourraient peut-être être utilisés pour héberger ces cas spécifiques. Ce n’est pas beaucoup de monde. Nous n’avons vu que 5% des femmes en prison. Parmi elles, celles qui sont enceintes doivent représenter un très petit pourcentage. Il serait donc possible de les héberger, je pense, hors des prisons tout en assurant la sécurité au besoin. 

CA: Et enfin, est-ce que nous sommes susceptibles de voir des changements dramatiques dans les statistiques pénales de 2020 en raison de la situation COVID-19 dans laquelle nous nous trouvons actuellement? 

MA: Oui. Cela va tout changer. Nous voyons déjà beaucoup de sorties dans certains pays et, bien sûr, nous ne savons pas si la situation va s’améliorer dans les prochains mois; nous n’avons que des suppositions sur ce qui va se passer, mais je suis pratiquement sûr qu’il y aura beaucoup de sorties en raison de cette crise. Peut-être que nous ne les verrons pas tout de suite parce que nous prenons généralement comme point de référence le 31 janvier et ces sorties ont commencé en mars, mais je suis sûr que nous devrons trouver un moyen de mesurer également ce qui s’est passé après le 31 janvier. 

Translate »